top of page
Rechercher
  • worldwinewomen2019

Vigne entre mer et feu

Ceci est le 4ème épisode de notre journal de bord. On vous entraîne vers la Sicile et l'Etna, le terrible volcan en activité permanent et sur les pentes duquel on voit d'étonnants vignobles.


Lorsque nous quittons l'Italie par la pointe Calabraise, nous avons ressenti une émotion intense. Les derniers paysages de cette région étaient d'une beauté remarquable, baignés d'une lumière étrangement claire insistant sur la pureté du paysage luxuriant et les reliefs montagneux de la région. Le contraste saisissant entre le bleu turquoise et la beauté de ces terres avoisinantes nous a marqués, nous rappelant que nous laissions derrière nous une étape importante de notre voyage.




"En Sicile tu pleures trois fois

Quand tu arrives

Quand tu pars

Quand tu te pèses"

Le 8 novembre 2022, nous quittons la botte italienne par sa pointe de pied calabraise à bord d’un ferry express en partance pour les îles Ioniennes en Grèce. Le détroit de Messine nous apparaît comme un bout de Méditerranée aussi prometteur qu’une nouvelle étape dans le voyage d’Ulysse.

Cap sur la Sicile. La Madonna della Lettera nous accueil sur l'île par son signe protecteur, et fait office d'hôte bienveillante pour les visiteurs. C'est notre premier marqueur de l'atmosphère spirituelle que nous retrouverons ici.

Ancre jetée, pied à terre posé sur la ville la plus à l’est : Messine. Les premières impressions sont étranges, on ne se sent pas sur une île, le temps paraît plus lent, presque arrêté lorsque nous entendons l’Ave Maria de Schubert sorti de la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption et devant laquelle une foule immobile se tient en silence.

Ave Maria qui nous poursuit le soir, lorsque nous quittons la ville pour grimper plus près du ciel avec notre van et nous installer sur un parking près d’un gîte ouvert mais sans touristes. Dans les hauteurs de l’arrière-pays de Messine, avec une vue panoramique surplombant les villages perchés et la Méditerranée à l’horizon, nous avons assisté à un coucher de soleil magnifique suivi d’une lune ronde et brillante.

A 18 h, alors que la nuit noire c’était installée et que nous regardions ce qu’éclairait la lune, une petite chapelle a commencé à jouer l’air angélique de l’Ave Maria, pour un moment saisissant et mémorable pour nous. Cette expérience a été une combinaison entre la beauté naturelle du paysage et les circonstances de la vie qui nous ont conduites à ce moment précis et magique.



De terres hostiles à des vignes florissantes


Dans notre tête, une idée fixe : aller à la rencontre de l’Etna. Nous décidons de faire une randonnée pour l’approcher de plus près. Grisées par cette toute première marche sur une terre volcanique, nous montons à plus de 2000 m, entourées de paysages lunaires au sol noir et granuleux de basalte. Après avoir passé une crête, se dresse devant nous le volcan.

Majestueux ! Régnant sur des kilomètres de plaines vides de toute végétation et de présence humaine ou animale, il laisse échapper un fin panache de fumée. Culminant à 3 357 mètres d'altitude, il est le plus haut volcan actif d'Europe et l'un des plus actifs du monde. Un panorama de terre hostile cependant parsemé de petites mottes végétales qui nous font penser à des nénuphars qui viennent illuminer le décor, signe que la vie revient peu à peu.



Trecastigni, vignes aux pieds de l'Etna

La randonnée se poursuit le lendemain au domaine de Biondi à Trecastagni, là ou des villages se sont établis en contrebas de l’Etna, sans crainte que le volcan ne se réveille. Pourtant leurs sols gardent en mémoire des traces de coulée de lave datant d’époques différentes. Elles aussi ont figé le paysage et le temps. La fertilité de ces pentes a permis toutefois la culture de vignes très productives depuis l'Antiquité.

Ciro, le vigneron apparaît coiffé de ces larges montures de lunettes noires, tandis que ses trois imposants Bull Mastiffs nous accueillent charlereusement.


Ciro nous amène dans ses vignes aux couleurs d’automne, il nous fait découvrir les cépages indigènes des terres volcaniques tout en profitant du panorama exceptionnel de son terroir, sous l’oeil immuable de l’Etna. Ce vigneron possède 7 hectares divisés en 3 clos. Le premier dont est issu son meilleur cru se tient devant nous en hauteur, à 640 mètres d’altitude, de l’autre côté de la route, sur une colline nommée San Nicolo'



Les vignes sont exposées sud-est, elles poussent sur un cratère âgé de 12 000 ans. Ce sont des cépages rouges qui y poussent : Nerello Mascalese et Nerello Cappucio. Sur le clos Vigna Cisterna Fuori, les vignes dans lesquelles nous nous trouvons accueillent aussi du Nerello (Mascalese et Cappucio) qui offrira une tout autre expression que les rouges de Vigna San Nicolo' puisque le sol est daté d’une coulée de lave plus récente. Les cépages blancs autochtones Catarrato, Carricante, Minella, sont plantés en arrière de la parcelle nommé Vigna Chianta à 700 mètres d’altitude. Ces deux derniers vignobles en terrasse vieillissent dans un cratère vieux de 125 ans avant J.-C.


Les sols sont fertiles et aériens, les racines peuvent chercher en profondeur les nutriments dont ils ont besoin. De plus, la nature du sol volcanique favorise des différences de températures diurnes importantes, emmagasinant la chaleur en journée et se rafraîchissant considérablement la nuit, offrant des conditions optimales pour la maturité des raisins.La production 2022 a donné un millésime prometteur pour les vignerons siciliens car le mois d’août a été marqué de pluies importantes qui ont abreuvé les vignes après des mois très chauds. Impatientes, nous demandons à Ciro à plusieurs reprises ce que ce type d’environnement pouvait bien transmettre au vin. Ciro ne veut pas cracher le morceau, pour que nous puissions découvrir par nous-mêmes, par nos propres sens. Entre quelques pieds de vignes se dégage une terrasse de dégustation très fréquentée l’été.

La Dolce vita à la sicilienne. Les murs ocres sont ornés de vestiges des premières civilisations trouvées par la famille de Ciro dans les vignes. On y retrouve par exemple un phallus en pierre, signe évident de virilité et de fécondité dans la mythologie gréco-romaine.




Nous avons souvent remarqué que les phallus se trouvaient à proximité des cultures, symbole protecteur et de fertilité qui veille sur la vigueur des vignes.

Avant d’être vigneron, Ciro était architecte. C’est en 1999 qu’il reprend les terres viticoles familiales. Pendant le voyage, nous avons rencontré beaucoup de vignerons et de vigneronnes fils/filles de vignerons. Beaucoup ont pris une première direction, persuadés de ne jamais exercer le métier de leurs parents. Finalement, après avoir fait leurs propres expériences, nombreux sont ceux qui retournent à la source. C’est comme ça que Ciro a cessé d’être architecte, mais il continue de concevoir son propre univers au travers de ses bouteilles. C’est aujourd’hui un architecte du vin !

Ciro est préoccupé par les contenants et les emballages de ses bouteilles et veut s'assurer que tout est respectueux de l'environnement, des bouchons aux étiquettes en passant par le verre. Lors de notre périple, nous avons rencontré de nombreux vignerons qui travaillent dur pour adopter des pratiques agricoles respectueuses de la nature, mais la conviction de Ciro sur l'importance de la durabilité dans chaque aspect de la production du vin était particulièrement marquante. Nous avons été impressionnées par son engagement envers la préservation de l'environnement, qui est la base même de sa philosophie du vin.


Dégustation




Impossible de parler de la Sicile sans évoquer le Nero Mascallese, ce cépage exceptionnel qui s'épanouit sur les flancs de l'Etna. C'est sur cette terre volcanique que nous avons eu le plaisir de goûter le San Nicolo 2020, un vin rouge qui incarne à merveille le terroir et les traditions de la région.

Clos San Nicolo'

Dès le premier nez, nous sommes transportées par des notes profondes de fumée, de chocolat et d'humus, qui laissent présager un vin corsé et intense. Mais surprise ! En bouche, nous sommes accueillies par une fraîcheur envoûtante, avec des tanins mûrs et élégants qui laissent une belle persistance en bouche. Cette fraîcheur exceptionnelle est le fruit de l'altitude des vignes (800 mètres) et des différences de température diurnes caractéristiques de cette région unique. Le San Nicolo est un vin enthousiasmant, qui ne manquera pas de ravir les amateurs de vins rouges frais et élégants.





La dégustation se termine avec le blanc Pianta de Ciro. Dès le premier nez, ses notes beurrées et florales nous ont séduites. En bouche, le vin offre un beau volume et cette signature de fraîcheur caractéristique des vins de la région. Comparé aux blancs précédents, plus minéraux et discrets en termes d'arômes en raison de l'absence d'élevage en bois, Ciro nous explique que ce vin est lié à la Bourgogne et plus précisément au Romanée-Conti.

L'histoire de cette rencontre est fascinante. Ciro a eu la chance de se rendre en Bourgogne chez le célèbre vigneron mythique. Mais plutôt que de parler technique vinicole, il a préféré écouter Romanée-Conti parler de l'émotion qui se cache derrière chaque bouteille de vin. Selon lui, la technique ne peut pas rendre compte des souvenirs et des ressentis que chaque bouteille évoque. Une leçon importante, car comme le dit le Petit Prince, L'essentiel est invisible pour les yeux.





16 vues0 commentaire

Comments


bottom of page