slovÉNIE & croatie

Le vin de l'adriatique

C’est en fin d’une matinée nuageuse que nous franchissons la frontière entre l’Italie et la Slovénie. Les collines orange et jaunes se succèdent à perte de vue et nous font découvrir les fameuses forêts qui recouvrent 60% du pays.

En s'arrêtant en Brda, nous sommes frappées l’omniprésence de la nature, en contraste avec le vacarme de la très industrialisée Italie du nord. Cette région viticole tient son nom de la « colline », tout comme sa voisine italienne, la région de Collio à proximité de la frontière. Malgré la similarité de sols, climats et cépages de ces deux régions, la partie slovène demeure bien moins connue mondialement, et cette iniquité se fait sentir dans les prix des bouteilles. Sur ce sol très minéral pousse le cépage local blanc Rebula, auquel nous devons admettre que nos papilles françaises ne sont pas encore très habituées.

Du côté des vigneronnes, même si la Slovénie est un pays ouvert sur le monde, la parité est loin d’être atteinte dans le secteur viticole. Les vigneronnes sont très peu nombreuses – 3 dans tout le pays – et les femmes sont traditionnellement responsables des secteurs de la communication et des ventes.

En revanche, nous sommes impressionnées par la culture écologique des slovènes. Dans ce pays de l’ex-Yougoslavie, les habitants ont conservé une grande proximité avec la nature. Chacun cultive ses propres fruits et légumes, même en ville, et la question d’une viticulture productiviste avec l’usage intensif de pesticides ne s’est jamais posée.

Nous descendons ensuite vers la terre natale du Teran, vin qui doit sa célébrité à la richesse en fer du sol rouge « Terra Rossa », caractéristique de cette région du sud de la Slovénie.

Quel accueil ! Malgré la barrière de la langue, les vignerons nous donnent une leçon de savoir-vivre autour de quelques bonnes bouteilles de vin et de marrons grillés, et la soirée se finit dans les rires.

Le lendemain matin, nous abandonnons le temps de quelques heures notre petite Betty pour monter à bord d’une authentique Traban décapotable de la RDA. A toute vitesse dans les étroites routes de forêt, à travers les petits villages en pierre, nos yeux se remplissent de la nostalgie de ce beau pays. Direction la Villa Fabiani, chef d’œuvre d’architecture qui sublime le paysage bucolique et les 101 variétés de roses qui y poussent, et où l’on nous fait découvrir le vin Picolit.

Nous prenons la fuite avant que la Croatie ne ferme ses portes à la Slovénie : c’était moins une !

La première région que nous traversons est l’Istrie, où nous retrouvons la Terra Rossa qui réchauffe le paysage et nos coeurs. Nous goûtons un vin pétillant étonnant produit par deux sœurs, Ana et Katarina, les seules femmes vigneronnes de la région et presque de Croatie ! Afin de prouver leur valeur, elles ont tout fait pour atteindre l’excellence dans leurs savoirs et leurs techniques, et ont équipé leur domaine de technologies de pointe et d’une logistique impressionnante.

En repartant, nous en faisons voir de toutes les couleurs à Betty en prenant des petits lacets escarpés de montagne, mais le paysage en vaut la peine ! Devant nos yeux émerveillés se dévoilent des lacs, des forêts incendiées par le soleil couchant, des sommets, des vallées, puis enfin la mer avec ses îles.

Apercevant un petit chemin descendant dans une crique, nous décidons de nous y engouffrer sans imaginer que nous nous retrouverions bloquées tout en bas chez un couple de croates avec notre Betty épuisée. Le lendemain matin, après un café et un verre de shnaps fait maison, ils nous aident à remonter la Betty à la force des bras, et nous reprenons la route du sud.

Après une autre journée bleue et ensoleillée à descendre la côte, nous atteignons Split pour un passage express dans ses ruines romaines intemporelles, où l’on dirait que le corona virus n’existe pas.

Quelques heures au Sud de Split, c’est le Drame. La Betty, que nos péripéties récentes ont ébranlée, nous lâche en plein milieu de la route : problème de transmission.

Surgissent alors 5 croates à l’apparence aimable, mais qui cherchent bien vite à nous entourlouper. Un groupe de 4 jeunes Françaises, une proie facile, mais nous ne nous laissons pas faire, et nous débrouillons par nos propres moyens malgré la forte barrière de la langue.

La Betty au garage, Marija, une vigneronne vivant à l’extrémité de la péninsule, nous accueille quelques jours. Face au soleil, le long de pentes vertigineuses, ses vignes surplombent la mer, et créent un paysage spectaculaire. Dans cette région de la Croatie, le cépage typique est le Plavac Mali, puissant et aux arômes assez cuits.

Dans un ferry nous conduisant sur l’Ile de Hvar, à 4h45 du matin, nos yeux encore endormis ne nous empêchent pas d’apprécier le lever du soleil sur la Mer Adriatique.

Sur cette grande île, le port touristique contraste avec l’intérieur des terres, rural. En quelques petits coups de stop, nous traversons l’île pour arriver jusqu’aux vignobles, où nous sonnons à l’improviste. Bien accueillies, nous y dégustons à nouveaux d’excellents cépages locaux.

Toutes ces belles découvertes ne nous font pas oublier notre épée de Damoclès : reverrons-nous Betty saine et sauve, et quand pourrons-nous enfin repartir ?

Malgré les réponses énigmatiques du garagiste, qui ne parle pas anglais, nous nous rendons au garage à la première heure le lendemain.

Quel bonheur d’y retrouver Betty (presque) en pleine forme, et de pouvoir enfin reprendre le chemin des Balkans du Sud, vers des pays de plus en plus mystérieux pour nous.

Hvala in se vidimo !

les femmes du vin

IMG_3683.HEIC

Valeria Simčič

Dans la région de Brda, cultivant des terres italiennes et slovènes, les Simcic sont fiers de leur terroir Opoka fournissant un sol très minéral et permettant de faire ressortir toute la richesse du Rebula. 

123927548_361372464928180_87843278309965

Katija Kabaj

Katija reprend la ferme de ses parents avec son mari vigneron français. Ils créent ensemble la marque Kabaj Morel et développent la production de vin ainsi que l'activité touristique. Elle est ainsi en charge du gîte et du restaurant qui mêle avec succès la gastronomie française et slovène. 

IMG_3925.jpg

Anita Mavrič

Anita accompagne son mari dans l'expansion du domaine familial dans la région de Brda. Membre des Women & Wine, elle est pleine d'énergie et toujours prête pour une nouvelle aventure. 

Mojca Stoka

Dans la région de Karst, Mojca accompagne son mari issu de la cinquième génération de vignerons. Leur vin, notamment le Teran exprime parfaitement le terroir de la Terra Rossa et le couple passionné aime s'aventurer dans de nouvelles expériences comme les cuves en pierres de la région ou même le rétablissement du Picolit de la Villa Fabiani. 

Petra Rutar

Petra est à l'origine de l'association Women & Wine de Slovénie. Elle rassemble ainsi toutes les passionnées et promeut le vin de leur pays à travers tout type d'événements. 

Ana & Katarina Peršurić

Les deux soeurs du domaine Misal continuent le travail de leur père chercheur et passionné de vin et deviennent pionnières dans la production de vin effervescents en Croatie. Leur perpétuelle quête d'excellence les encouragent à automatiser leur processus et améliorer la qualité de leurs vins. 

Marija Mrgudic

Marija continue la tradition familiale au domaine de Bura. Ses terroirs d'exception, notamment du Dingač, lui permet de sublimer le cépage du Plavac Mali dans ses vins puissants. Toujours souriante, Marija est aussi très engagée dans le rayonnement du vin croate et pour la place des femmes en viticulture.  

Un merci tout spécial à Jo Ahearne, Master of Wine et vigneronne pour ses conseils et contacts précieux. 

Également un grand merci aux vignerons de l'île d'Hvar, Dubokovic et Vina Ventus de nous avoir reçues à l'improviste et présenté leur métier avec passion. 

Follow us

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon

CONTACT US

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now