Search
  • worldwinewomen2019

"L'Envers du Vin" : Cascina Cappelle, il sangre di vino.


Piémont - Italie.


C'est en Piémont que nous avons commencé notre tour d'Italie. Pour chaque grande région viticole que nous allons rencontrer, nous écrirons un article sur un domaine, une rencontre qui nous a particulièrement marquée.


Dans le Piémont c'est Roberta, propriétaire du domaine Cascina Cappelle que nous avons voulu mettre à l'honneur.

Piemonte

Un accueil des plus chaleureux


Après s’être faites réveillées un peu brusquement par un tracteur qui voulait accéder à ses vignes (on avait garé Tino un peu au hasard la veille arrivées dans le noir), nous prenons la route pour Montegrosso d’Asti. C’est tout en hauteur que ce village piémontais de 2000 habitants inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO remplit la colline.


Montegrosso d'Asti

Sur celle-ci se trouve l’azienda agricola Cascina Cappelle. J’ai eu ce contact par deux amis qui m’avaient conseillé d’y aller, séduits par la rencontre et les vins dégustés.


Nous pénétrons avec Tino notre fidèle destrier dans l’enceinte du lieu et tout de suite nous sommes stupéfaites de la beauté des lieux. Une allée encadrée d’une série de chapelles nous mène à une superbe demeure avec à son sommet un clocher. Nous remarquons après qu'elle abrite une église. Nous nous garons sous un chêne sans doute centenaire et là, sommes accueillies par le grand et chaleureux sourire de Roberta, propriétaire du domaine, qui en plus parle français.



Nous commençons par un tour dans les vignes où quelques grappes de nebbiolo (cépage local donnant entre autres le barolo) attendent encore leur tour pour la dernière vendange de la saison.


Pour accompagner cette balade, nous goûtons un vin blanc provenant du raisin « Arneis », un cépage originaire du Piémont. Le palais aiguisé à 10h du matin, nous le trouvons très aromatique. Il nous rappelle les sauvignons les plus exubérants et c’est ainsi que nous initions la balade, entre notes de poires, pêche blanche et agrumes.


Tout de suite, nous nous sentons apaisées, un vent de sérénité souffle sur ce lieu.


Bien qu’ils n’aient pas demandé à se faire certifier (moins d’intérêt pour les labels de la part des consommateurs italiens), les vignes sont conduites en agriculture biologique avec des techniques issues de la biodynamie. Ce pour le plus grand bonheur des papillons et autres insectes qui égaient notre balade, attirés par la lavande et les autres flagrances du sol.




Balade entre chapelles et vignes


Nous nous dirigeons vers les chapelles de l’allée. Roberta nous explique que c’est un lieu qui a été et est toujours intimement lié à la religion chrétienne.


Le « Sacro Monte » où a été fondée l'Azienda Agricola Cascina Capelle tire son nom d’une chapelle de l’an 1700 dédiée à Saint Antoine de Padoue. En 1730 la chapelle fut annexée à l’église sur le sommet de la colline puis furent construites 13 autres chapelles pour donner vie à la représentation du chemin de croix du Christ. En 1750 furent ajoutées les quatre dernières chapelles.


Roberta rêverait que les chapelles puissent être toutes entièrement rénovées. Bien qu’elles se trouvent sur le domaine de Cascina Capelle, toutes les chapelles sont publiques et appartiennent à la mairie, puisque considérées comme des biens communs.



Que l’on soit croyant ou non, il est impossible d’ignorer l’énergie spectaculaire de ce lieu. Nous sommes comme enveloppées et portées au fil de cette balade.



Nous parlons alors vin, vigne, traditions, religion … Giovanni le père de Roberta nous rejoint, lui aussi parlant français.


Les chapelles se succèdent une à une et font un tour autour de l’église, étape finale de ce petit pèlerinage. Chacune illustre une étape du chemin de croix.



La cave de vinification s’insère entre deux d’entre elles. Se trouvant en haut de la colline, la brise et le vent créent un courant d’air froid suffisant pour rafraichir les cuves et contrôler la vinification.

Nous voyons des grosses jarres de verre de 54L posées sur le côté. Les locaux viennent toujours chercher leur vin dans ces jarres, comme dans le temps.


La vue est stupéfiante, nous dominons tout le village du haut du Sacre Monte.




Ancrés dans la tradition


Le contexte planté, il est l’heure de déguster. Roberta et Giovanni nous emmènent alors dans la salle de dégustation, située au sous-sol en dessous de l’église. Nous descendons les marches et …


BOUM

C’est grandiose.



Une énorme table en bois massif trône au centre de la pièce, les murs et le plafond vouté sont faits des pierres rouges traditionnelles de la région. La lumière tamisée nous plonge dans l’ambiance. Les verres sont déjà prêts et la gamme du domaine est tout entière sur la table. Quelle chance nous avons.


Les vins sont élevés dans une pièce à côté où l’hygrométrie semble parfaite. Nous remarquons tout de suite un énorme foudre qui semble avoir plusieurs dizaines d’années. Vide, Roberta voudrait en faire un espace de dégustation (pour vous dire sa grosseur).


Pour l’élevage, essentiellement des barriques de chêne mais aussi … de châtaigner ! Le bois de châtaigner est très présent dans cette région et est traditionnellement utilisé pour l’élevage des vins. Plus robuste que le chêne, il apporte un goût d’épice et de réglisse au vin.



Gastronomie de terroir


Pour accompagner la dégustation, un magnifique plateau de fromages et de charcuterie nous est servi. Tous les produits viennent du même village de Sacromonte. On s’aperçoit vite que dans ce village il se fait de tout : du vin, de la viande, du fromage et même du chocolat ! Et les noisettes du Piémont... renommées jusqu’en France. Elles sont si bonnes à picorer.



Il y a beaucoup de solidarité entre les producteurs qui s’aident entre eux. C’est d’ailleurs le vin de Cascina Capelle (issu du cépage barbera) qui a été utilisé pour une recette du chocolatier du village.


Nous finissons la dégustation en en goûtant quelques-uns. Le fruit mûr de la barbera se fond à merveille au chocolat noir. Rien à voir avec les MonChéri que je déteste, ici le vin va intensifier le cacao et apporter de la longueur en bouche. Un délice !


Nous sommes frappées par la qualité des produits. En Italie, le produit se suffit à lui-même. Nul besoin de technique, d’exhausteur de goût ou autre. Les plus gourmands diront « mette colore » en arrosant d’huile d’olive, elle aussi incroyable.




On a gouté …


Enormément de choses mais une cuvée nous a spécialement marquée : DOC Montferrato Rosso, Staffeta, 2016.


« Staffeta », désigne en italien le relais, sport de course où on se passe le bâton.

Pourquoi ce nom ?


Ce vin rouge est un assemblage de 4 cépages : Nebbiolo. Barbera, cabernet sauvignon et merlot, vieillis une fois assemblés 24 mois en fut de chêne.

Chaque cépage a son petit caractère et de la même manière que nous autres, celui-ci se révèle à divers moments. Giovanni nous explique qu’en vinifiant ce vin, les cépages se passent le relais et à différents moments de la vinification/dégustation, leurs arômes apparaissent tour à tour en « se passant le relais ».

Nous avons beaucoup aimé cette histoire et pour nous le vin c’est aussi cette sorte d’imaginaire qui se crée lors de sa production.




Le mot de la fin


Après une fabuleuse dégustation, nous repartons du domaine en remerciant chaleureusement Roberta.


Deux semaines après y être allées, nous nous souvenons encore précisément de la beauté et sérénité des lieux qui appelle à l’apaisement et à la contemplation.


A Cascina Capelle, tout semblait dédiée à la création. De par ce rassemblement de lieux saints mais aussi par la conjugaison du travail de la terre, ce pour créer du raisin, du vin et ainsi le sang de la terre, il sangre di vino…


Un lieu marquant, où on se plonge dans l’authenticité, la tradition dont nous nous souvenons avec beaucoup d’émotion. C’est d’ailleurs pour cela que nous avons choisi d’écrire sur Roberta et Giovanni qui nous ont frappé par leur humanité.



Une adresse incroyable où vous serez sûrs d’être bien reçus en cas de visite dans le Piémont. Encore merci à Roberta et Giovanni pour leur hospitalité.


Vous pouvez les retrouver sur Facebook, Instagram et leur site Internet.

26 views0 comments